Formation


Portrait d’étudiant : la réussite de Jason, ancien bac technologique

Jason Salinas, après l’obtention de son baccalauréat technologique, arrive en IUT et se confronte à quelques difficultés mais c’est sans compter sur sa grande motivation et son investissement personnel.

Photo - Jason SalinasJason SALINAS, étudiant en deuxième année de DUT Génie Mécanique et Productique à  l'IUT Lyon 1 revient sur son parcours. Après l’obtention de son baccalauréat STI 2D (Sciences et Technologies de l'Industrie et du Développement Durable - spécialité innovation, technologique et éco-conception), il décide d'intégrer l'IUT Lyon 1 pour la qualité du diplôme proposé et pour pouvoir un jour travailler dans  le secteur de  l’aéronautique ou de l’automobile.

Pour lui, une formation en DUT GMP, est la suite logique de son parcours puisque il a suivi au Lycée l’option ITEC orientée mécanique et justement, la mécanique est un domaine qui lui plaît.

Jason SALINAS, étudiant GMP. Copyright photo Laurène GIANNUZZI / IUT Lyon 1

Les premiers pas à l’IUT, la place du tutorat

Tout juste arrivé, il constate une différence entre les élèves venant de la filière scientifique et ceux venant de la filière technologique. Il note qu’il faut un temps d’adaptation car les élèves issus de filières différentes ne sont pas habitués au même niveau de travail et d’implication personnelle. Selon lui, c’est surtout dans les matières scientifiques que les élèves venant d’un baccalauréat  technologique rencontrent le plus de difficultés car ils n’ont pas les bases, même si dans toutes les matières techniques comme la mécanique, les étudiants issus des  baccalauréats  technologiques s’en sortent relativement bien.

Pour pallier à cette différence de parcours et permettre aux élèves de surmonter leurs difficultés, l’IUT Lyon 1 a mis en place des tutorats (proposés grâce au programme des Cordées de la Réussite) en première année de DUT. Les tutorats sont réalisés par des élèves d’école d’ingénieur qui accompagnent de petits groupes d’élèves à l’occasion de soutien en mathématiques et en mécanique. Le tutorat permet aux élèves de revoir les bases pour reprendre confiance en eux et en leurs capacités. Ils travaillent des exercices ensemble, révisent des contrôles, posent des questions sur des éléments de cours non assimilés ;  l’objectif étant qu’aucun étudiant ne « reste sur la touche » et que tous suivent avec assurance leur cursus. Jason souligne également que ces tuteurs, élèves Ingénieurs, présentent leur parcours ; cela peut donner l’envie de continuer ses études et des idées d’orientation possible après le DUT.

Pour Jason, ce tutorat en première année a été très bénéfique ; il a pu repartir sur des bases saines grâce au suivi dont il a bénéficié.

La première année est un peu dure mais après on se rend compte qu’avec les efforts ça finit toujours par payer… C’est une question de motivation.

Efforts et réussite

Pendant sa deuxième année, Jason a bénéficié d’un tutorat pour préparer le concours de l’Ecole des Arts et Métiers  (Concours commun de l’ENSEA -École Nationale Supérieure de l'Electronique et de ses Applications-), car il souhaite intégrer cette école d’ingénieur après son DUT. 

Ce tutorat consiste à retravailler, à travers des exercices, les matières enseignées en  DUT GMP telles que la conception, la mécanique (statique, dynamique…) et la technologie. Les élèves peuvent s’appuyer sur des corrections d’exercices...  Le concours demande  de la préparation en amont mais, selon lui, l’avantage du tutorat est que tous mettent leurs connaissances et résultats en commun pour réfléchir et comprendre ensemble mais aussi commencent à penser à la stratégie adaptée pour le concours. Pour lui, le seul bémol est que, pour que le concours soit ouvert à plus de monde, il serait utile d’ajouter une aide en mathématiques, et ce dès la première année de DUT, car au concours l’épreuve de mathématiques s’appuie sur le programme de première année.

Après avoir progressé, de 100 places dans le « classement GMP », entre la première et deuxième année, et avoir passé et réussi le concours  d’accès à l’Ecole des Arts et Métiers, Jason peut être fier de son parcours. Malgré quelques difficultés de niveau, qu’il a surmonté grâce à beaucoup d’implication et d’investissement personnel, il a réussi à obtenir son DUT et une poursuite d’étude en école d’ingénieur : son avenir semble à la hauteur de ses exigences. Félicitations !
Publié le 13 juillet 2017 Mis à jour le 17 juillet 2017